Quelle est l'autonomie moyenne d'un scooter électrique ? 

Ecrit le lundi 17 mai par Alice

Lorsque l’on parle de batterie sur un scooter électrique, le terme « autonomie » vient tout de suite à l’esprit. Les scooters électriques sont dotés d’un moteur fonctionnant grâce à une batterie rechargeable. L’autonomie de ce type de deux-roues peut varier en fonction de plusieurs facteurs, souvent liés à la technologie utilisée par le constructeur ou à l’usage qu’il en est fait.

L’autonomie d’un scooter électrique en général

En moyenne, les scooters électriques actuels ont une autonomie oscillant entre 40 et 100 km. En centre-ville, on retrouve davantage de deux-roues en catégorie 50cc avec 40-50 km d’autonomie. Une autonomie suffisante pour garantir un usage serein quand on sait que la majorité des trajets urbains sont courts.

Cette dernière peut toutefois s’envoler à plus de 100 km sur des modèles plus puissants appartenant à la catégorie 125 cc. Vous pourrez ainsi rouler plus vite et plus loin, sans craindre la panne. Certaines exceptions portent ce chiffre au-delà des 200 km.


Les facteurs qui influencent l’autonomie d’un scooter électrique

La puissance du moteur

La puissance du moteur a ainsi une incidence directe sur l’autonomie constatée. Plus celle-ci est importante, plus l’autonomie sera grande. Un petit scooter électrique en catégorie 50 cc aura moins d’autonomie qu’un équivalent 125 cc.

Le mode

Les scooters électriques offrent en général 3 à 4 modes de conduite, dont les plus fréquents sont « Eco », « Normal » et « Sport ». Ainsi, ces modes peuvent influer directement sur la puissance et le couple du moteur, et donc sur l’autonomie de votre deux roues. Pour optimiser son autonomie, il faudra privilégier les modes « Eco » et « Normal ». C'est d'ailleurs pourquoi la majorité des constructeurs ont pour habitude d’afficher des plages très larges.

La conduite de l’usager

L’écoconduite est clé pour préserver son autonomie. Si vous souhaitez faire le plus de kilomètres possible au guidon de votre scooter électrique, rien ne sert de démarrer plein gaz au feu rouge ou de freiner à la dernière minute. Il faut adapter sa conduite. Les accélérations progressives et décélérations sont encouragées. Une conduite plus posée vous permettra de prolonger l’autonomie de votre deux-roues électrique.

Le type de parcours

C’est un facteur indirect que vous ne maîtrisez pas. Si votre trajet est parsemé de descentes ou de fortes montées, cela aura un impact sur votre autonomie. Par exemple, un dénivelé positif important associé à une conduite sportive est le combo à éviter. Votre autonomie risquera sans doute de se retrouver réduite au minimum.

Les conditions climatiques

Les batteries au lithium n’aiment pas les températures extrêmes, surtout le froid. En fonction de la température, les trop grosses variations de thermostat ont des conséquences sur l’autonomie constatée. En règle générale, comptez une différence d’environ 20% en hiver, par exemple. Si votre scooter dispose d’une autonomie de 50 km, elle sera réduite à 40 km en février.

Le poids de l’usager

Bien que le scooter électrique ne fasse aucune discrimination, votre poids aura forcément des conséquences sur l’autonomie constatée. Plus la charge est lourde, plus la puissance nécessaire pour faire avancer le deux-roues à une même vitesse X sera importante. Un individu de 100 kg aura une autonomie moindre qu’un autre pesant 80 kg par exemple.

La pression des pneus

Comme un véhicule à quatre roues, électrique ou non, un pneu sous-gonflé augmentera le niveau de résistance sur la route, et fera donc grimper la consommation. La résultante étant une autonomie à la baisse. Vérifier la pression de ses pneus est donc important, aussi bien pour des questions d'autonomie que de sécurité.

Le choix de la sérénité

L’autonomie de tout véhicule électrifié restera toujours le plus gros frein à l’achat pour un usager. Toutefois, certains arrivent à lever cette crainte en ville comme ZEWAY à Paris.

Plutôt que de craindre la panne ou de charger pendant des heures son scooter électrique, l’innovation du swap permet d’échanger sa batterie vide en 50 secondes contre une batterie pleinement chargée. Le secret ? Un réseau de 40 stations dans Paris et sa proche banlieue avec un maillage étudié pour ne jamais être à plus de 2 km d'une station ZEWAY.

Et vous, quand est-ce que vous passez à l’électrique ?